Voyager en temps de pandémie [Témoignage]

Voyager en temps de pandémie ou l’urgence de s’évader selon Sarah. Voici le témoignage de cette jeune professionnelle de l’industrie du voyage qui explique pourquoi elle a décidé de partir en voyage en temps de COVID-19 et quelle a été son expérience à destination.

Tables des matières:

Sept mois, quatre jours. Sept mois et quatre jours d’attente et d’anticipation avant de remonter à bord d’un avion. Comme plusieurs, je suis en télétravail à la maison depuis mars dernier. Les murs de mon appartement, je les connais plus que par cœur. Tellement, je peux à peine les supporter. C’est moi qui me fais des idées ou les pièces rapetissent à vue d’œil avec chaque jour qui passe ?

Pour une voyageuse prolifique comme moi, qui carbure aux nouvelles expériences, à la découverte du monde, cet arrêt obligé a pesé lourd.  Plus d’une fois pendant cette période interminable, je me suis mise à rêver à mon futur voyage.

Le voyage est, pour moi, non seulement une récompense après des mois de travail acharné, c’est un mode de vie, un élément essentiel à mon bonheur, ma joie de vivre. Dans l’étourdissement des premiers mois de pandémie, j’ai réussi à m’occuper l’esprit: fonce, pousse, lâche-pas. Mais que fait-on lorsque la poussière retombe?

L’heure est aux décisions

Ce sera quand le bon temps de revoyager ?  Pour moi, le déclic s’est fait quand j’ai su que ma semaine de vacances était confirmée et que l’idée de la passer chez-moi m’a donné le vertige. Il en fallait déjà peu pour convaincre une voyageuse comme moi de partir.  Rester encore à la maison sans la distraction du travail pour occuper mes journées ?  Impossible!  Je devais partir si je voulais conserver un tant soit peu de ma santé mentale.

C’est vrai.  J’étais devenue irritable, j’avais perdu ma bonne humeur habituelle. La fille positive et résiliente était devenue l’ombre d’elle-même. Le voyage est venu me chercher, tel un sauveur: je voyais enfin la lumière au bout du tunnel.

L’anticipation des vacances

La mission de Transat est « d’ensoleiller le quotidien par la joie des vacances ». Ces mots ont pris tout leur sens l’instant où ma réservation a été confirmée. J’avais l’impression de revivre !  J’avais quelque chose à quoi m’accrocher.  Un rêve, un espoir.  Soudainement, la vie reprenait ses couleurs.   Un rien me faisait sourire et la moindre petite chose m’emballait.

Comme un enfant qui attend le passage du Père Noël avec impatience, j’avais cette incroyable énergie renouvelée en moi. Mes efforts et sacrifices des derniers mois allaient enfin être récompensés.

Et la sécurité dans tout ça?

J’ai la chance de travailler dans la plus belle industrie du monde: le voyage. Je suis donc bien à l’affût de toutes les mesures mises en place par Transat qui s’assure de la sécurité de ses voyageurs avec son programme Protection Voyageur.  Je sais que rien n’est laissé au hasard. Cependant, l’humain étant ce qu’il est, l’inconnu me procurait une certaine crainte.  La pandémie nous a fait perdre nos repères habituels et même pour les plus expérimentés, l’incertitude de ce qui nous attend nous déstabilise.

Déjà, en sachant que j’avais une assurance Covid-19 incluse dans mon forfait ainsi qu’une flexibilité accrue si je décidais de changer mes plans, j’ai été forcée de constater que j’avais tout pour réaliser mon rêve et passer à l’action en réservant mon voyage sécuritaire. 

Comment se prépare-t-on à voyager en temps de pandémie?

Des mesures adaptées, il y en a à toutes les étapes du voyage.  Mais chaque individu a la responsabilité et le choix de prendre les mesures personnelles additionnelles pour satisfaire son niveau de protection afin d’être confortable.  Voici des items ajoutés à mes bagages que je n’avais pas l’habitude d’apporter avec moi:

  • Un masque jetable avec une forme plus rigide que les masques chirurgicaux : Aide à supporter pour les périodes plus longues et procure plus d’espace entre le visage et le masque.
  • Une boite de masques chirurgicaux à usage unique pour en avoir avec moi en tout temps : Dans mon bagage à main, dans mon sac de plage.  À destination, il est plus facile de changer son masque que d’essayer de laver et faire sécher ses couvres visages en tissus.
  • Des lingettes nettoyantes : je croyais en avoir besoin pour nettoyer les chaises à la plage et la piscine, mais j’ai rapidement constaté que le complexe le faisait quotidiennement.
  •  Une ou deux petites bouteilles de gel hydroalcoolique : Bien qu’il y en ait à peu près partout, j’aime avoir ma propre bouteille après avoir manipulé de la monnaie pour le pourboire ou après avoir enlevé mon masque en prenant place au restaurant.
  • Bien manger avant de partir : Les aéroports ont toujours des services de nourriture mais certains sont limités.  Durant le vol d’Air Transat, aucun problème !  Une version réduite du menu Bistro demeure disponible!

Comment ça se passe concrètement ?

J’avais réservé un forfait avec vols, transferts et séjour au Barcelo Maya Riviera.  Voici quelques mesures mises en place à diverses étapes de mon voyage:

  • Vols :  nombreuses sont les raisons qui rendent un voyage en avion sécuritaire (filtres à air haute performance, désinfection des appareils avec des produits de grade hospitalier et un désinfectant électrostatique, positionnement avantageux des sièges, équipement de protection des équipages, consignes claires et fréquentes durant le vol, etc.).   
  • Transferts :  les transféristes fournissent le nettoyant pour les mains et désinfectent vos bagages avant de les mettre dans le véhicule, les capacités sont réduites à bord des fourgonnettes et autobus.
  • À l’arrivée : Alors que vous vous dirigez à la réception pour votre enregistrement, les bagagistes désinfectent en profondeur chaque pièce de bagage.
  • Enregistrement : Nettoyage des mains et prise de température. Par la suite, une trousse contenant un masque et autres items est remis. Le comptoir est nettoyé entre chaque client.
  • Chambres : Capacité maximale de 60% actuellement au Mexique. Bien qu’un nettoyage en profondeur soit fait, une période de 24 à 48 heures est nécessaire avant de réassigner une chambre.
  • Activités/animation : Toutes les activités sont tenues à l’extérieur et la distanciation sociale est respectée.  On peut pratiquer le yoga, du Pilates, de l’aquagym ou encore des cours d’espagnol ou de salsa! Le soir, les spectacles à grand déploiement n’ont pas lieu, toutefois un peu de musique et des soirées karaoké ou Trivia sont offertes au Lobby.
  • Restaurants et buffets : Nettoyage des mains, prise de température à l’arrivée et port du masque obligatoire dans les déplacements. Menu avec code QR à télécharger sur son téléphone.  Pour les stations buffet, un membre du personnel fait le service. Des portions individuelles sont disponibles sans service.

Et puis, voyager en temps de pandémie, c’est comment?

C’était génial. Après avoir fait l’expérience, je peux absolument confirmer que je me suis sentie en sécurité, à compter du moment où j’ai mis le pied à l’aéroport de Montréal jusqu’à mon retour chez moi. En fait, c’était très similaire à mes voyages précédents, il suffit d’être bien préparé. Pensez-y, quand vous sortez de la maison maintenant, vous devez vous préparer et prévoir des choses que vous ne faisiez pas par le passé.  C’est la même chose pour le voyage.   Ne sortez pas sans votre masque ni votre « purel » ! C’est cela, voyager en temps de COVID-19.

Téléchargez l’Application ArriveCan du gouvernement du Canada pour transmettre les renseignements sur votre voyage requis pour votre retour au Canada. Une mise en quarantaine de 14 jours est obligatoire lors de votre retour au Canada.